search2 facebook3 youtube school phone mail2 twitter

Pensées émues pour Serge Royer, notre ami, collègue et enseignant qui nous a quitté prématurément.

Dimanche 11 Juin 2017
de 9h30 à 12h

Dimanche 23 avril 2017 – 27 Nissan 577 - Participation de l’ORT Strasbourg à la commémoration annuelle du Yom Hashoah et à la Lecture des Noms, place Broglie à Strasbourg.

dimanche 23 avril 2017

Dimanche 23 avril 2017 – 27 Nissan 5777
Participation de l’ORT Strasbourg à la commémoration annuelle du Yom Hashoah
et à la Lecture des Noms, place Broglie à Strasbourg.

Cette « Journée de la Shoah » dont la date a été fixée au milieu des années 1950 par l’Etat d’Israël, était initialement pensée pour rendre hommage aux insurgés du Ghetto de Varsovie et aux partisans juifs de la Seconde Guerre mondiale. Elle a été étendue quelques années plus tard à l’ensemble des victimes de la politique nazie d’extermination du peuple juif.
A cette occasion, les communautés juives du monde entier organisent une lecture des noms des membres des communautés juives parfois totalement éteintes. Y sont aussi associés, les Tziganes, les Sinthis et les homosexuels déportés.
En raison du repli sur la Dordogne et le centre de la France, les communautés juives alsaciennes et mosellanes ont été relativement épargnées par les rafles et les déportations. Cependant sur les 76 000 juifs de France qui furent déportés plus de 4200 provenaient du Haut-Rhin et du Bas-Rhin et ne revinrent jamais. Le Memorbuch du Grand rabbin du Bas-Rhin, René Guttman et le Mémorial du Grand Rabbin Jacky Dreyfus et de Daniel Fuks pour le Haut-Rhin, ont servi de documents pour cette lecture des noms qui s’est déroulée durant toute la journée.
Un parterre d’élus de la Région Grand Est, du Conseil Général, de l’Eurométropole et de la Ville de Strasbourg, des représentants des autorités religieuses et militaires ainsi que des institutions juives de la ville, avaient répondu présents à l’invitation du Conseil Représentatif des Institutions Juives de France. Plusieurs prises de parole et témoignages ont tour à tour rappelé et évoqué l’importance de cette cérémonie officielle et de sa portée mémorielle.
« La Haine qui commence avec les Juifs ne s’arrête pas avec les Juifs », cette phrase du grand rabbin du Commonwealth et du Royaume-Uni, rapportée par le jeune président de l’Union Juive Libérale de Strasbourg, organisatrice avec le CRIF de l’évènement, a résonné de manière forte parmi les participants présents à cette commémoration.
De nombreux anonymes se sont également joints à cette célébration qui avait pour finalité de redonner un nom et un prénom à ces hommes, femmes et enfants disparus dans la tourmente avec un numéro pour seule identité, comme l’a souligné le professeur Freddy Raphaël avant de lire une émouvante lettre du poète et philosophe Benjamin Fondane déporté à Auschwitz-Birkenau en octobre 1944 depuis le camp de Drancy.
C’est Frédérique Neau-Dufour, directrice du Struthof et du CERD, le Centre Européen du Résistant Déporté, qui a entamé symboliquement la lecture des 4200 noms des Juifs déportés d’Alsace, lecture qui s’est poursuivie jusqu’en fin d’après-midi. L’an passé, nos élèves ainsi que certains parents, avaient participé à cette cérémonie et à cette Lecture des Noms, avant de quitter Strasbourg pour la Marche des Vivants.
Au même moment, 25 de nos élèves des classes de Seconde GT accompagnés de leurs enseignants arrivaient à Cracovie pour la 29ème Marche des Vivants à laquelle l’ORT Strasbourg participe chaque année avec des milliers de jeunes venus des quatre coins du monde.
Cette participation au Yom HaShoah et aux différentes commémorations, constitue plus qu’un symbole ; elle est aussi l’expression pour nos jeunes d’une mémoire vivante de la Shoah et de la déportation ainsi que des enseignements qui y sont rattachés.
Michel Benoilid, proviseur de l’établissement, Richard Aboaf, chargé de l’action culturelle et Eva Riveline, enseignante, ont représenté l’établissement à cette cérémonie officielle, à laquelle de nombreuses personnes se sont relayées toute la journée pour égrener les noms des 4200 disparus juifs alsaciens victimes de la barbarie nazie.