search2 facebook3 youtube school phone mail2 twitter

« Enquête policière » autour des Ménines de Velasquez

mercredi 14 octobre 2015

« Enquête policière » autour des Ménines avec l’Inspecteur d’Académie, le Conservateur des peintures du musée du Louvre et les élèves de l’ORT Strasbourg.

Lundi 12 octobre, les élèves des deux classes de première STMG et STI2D du lycée ont assisté à une séance exceptionnelle d‘analyse d’image, et quelle image ! l’un des tableaux les plus énigmatiques de l’Histoire de la peinture : Les Ménines de Diego Velasquez. Guillaume Kientz, conservateur en chef du département de peintures du musée du Louvre, spécialiste des peintures espagnoles, et Jean-Michel Koch, Inspecteur d’Académie, inspecteur pédagogique régional en Arts plastique et Histoire des Arts, avaient accepté cette invitation.

Cette séance de deux heures a été l’occasion, pour les deux intervenants d’exception, de faire entrer progressivement les jeunes élèves dans les méandres de l’analyse picturale et iconographique sous la forme d’une « enquête policière » avec analyse des éléments factuels, relevé d’indices, code de procédure et hiérarchisation de l’approche analytique pour tenter de comprendre les intentions du peintre ainsi que les différents sens de lectures possibles.

Point de vue et points de fuite, jeux de lumière, échelle, circulation du sens, jeu des gestes et des regards, fonction du miroir et celui du portrait, références culturelles, symbolique… ont ainsi été abordés.

La mise en correspondance avec d’autres œuvres de peintres et peintures de cour, l’analyse du contexte historique, politique, économique et social, ont également trouvé toute leur place… pour finalement arriver à la révélation de la radiographie de ces dernières années qui a mis fin aux spéculations de tous les historiens d’art et philosophes : Le tableau fut à son origine un tableau de cour qui montrait au roi et à la reine d’Espagne un page donnant en guise de passation de pouvoir un sceptre à l’Infante Marguerite, mais la reine Marie-Anne d’Autriche enfanta d’un garçon l’année suivante, qui invalida le tableau, Vélasquez dût alors le modifier en peignant un chevalet ainsi qu’une toile immense qui voilèrent la première scène, alimentant ainsi trois siècles de spéculations, qui ne firent qu’enrichir les analyses et les commentaires sur le tableau.

Les élèves dans leur majorité ont été captivés et intéressés par cette séance exceptionnelle que plus d’une classe de l’Académie auraient souhaité avoir. Cette analyse d’un chef-d’œuvre de l’histoire de l’art fait partie de la préparation des élèves aux épreuves anticipées de Français du baccalauréat, et participe au développement de leurs connaissances des mouvements picturaux, artistiques et littéraires.

« Les Ménines, c’est une sacrée leçon d’histoire de l’art ! » a conclu une élève à l’issue de la séance.