search2 facebook3 youtube school phone mail2 twitter

Les élèves de Seconde GT 2 de l’ORT Strasbourg participent à l’inauguration du Jardin des Droits de l’Homme à Rothau

vendredi 27 janvier 2017

Dans le cadre de la Journée européenne de la mémoire de la Shoah et de la prévention des crimes contre l’humanité, la gare de Rothau a été le cadre, vendredi matin 27 janvier, d’une importante cérémonie. Elle marquait l’inauguration d’un Jardin des Droits de l’Homme, rappelant le passage en ce lieu de milliers de déportés, avant leur enfermement, et bien souvent leur mort, au camp de concentration du Struthof - Natzweiler, quelques kilomètres plus haut, dans la montagne à plus de 1000 m d’altitude.

Plusieurs centaines d’élèves des écoles primaires, des collèges et lycées de la Région, ainsi que des lycéens venus de Bade Wurtemberg, ont posé les premiers jalons de la Mémoire à cet endroit : chants, chorale, lecture de textes et poésie, sonnerie aux morts, chant de La Marseillaise, lecture d’une lettre de Simone Veil… ont suivi les allocutions officielles.

Une de nos élèves de Seconde GT2 a lu devant l’assemblée, un texte sur la Mémoire de la Déportation et les Droits de l’Homme, ce texte a été travaillé et rédigé en classe avec Timothée Ratel, professeur d’histoire-géographie.
Cette cérémonie, initiée par l’association strasbourgeoise Regards d’enfants, était présidée par Brigitte Kahn.

L’Association Regards d’Enfants est une association qui a pour vocation l’éducation à la citoyenneté et aux Droits de l’Homme, et la transmission de valeurs essentielles à la vie en communauté. Pour cela elle organise, avec de nombreux partenaires, des actions de sensibilisation, de réflexion et de formation sur les thèmes et les valeurs de la Convention européenne des Droits de l’Homme. Elle tient aussi à valoriser la
perception et le regard de chaque jeune sur les valeurs promues par l’association.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 8

Ci-dessous : l’article lu par Louise Eberle de la classe de Seconde GT 2 de l’ORT Strasbourg.

Aujourd’hui nous commémorons les victimes de la Shoah et toutes les victimes des crimes contre l’humanité.
Nous commémorons aussi les hommes et les femmes qui se sont engagés contre la barbarie nazie et notamment les Justes parmi les nations.

Les Justes se sont engagés à un degré différentdes Résistants mais ils ont risqué leur vie en sauvant des Juifs, allant à l’encontre des lois raciales nazies ou celle du régime de Vichy, les jugeant absurdes, immorales et contraire aux idées républicaines et aux principes des Droits de l’Homme.

Les Justes ont donc désobéi aux lois ! Cependant, la désobéissance civique est un acte citoyen lorsque la loi est tyrannique et non-conforme aux droits et libertés fondamentales de l’Homme.

Edmund Burke a écrit : « Pour que le mal triomphe seule suffit l’inactivité des hommes de bien. » Par leur action, les Justes ont montré que l’humanité ne sombrait pas complètement dans la barbarie et que la vie humaine était sacrée, quelle que soit les différences entre les hommes.

Un des meilleurs exemples est Edmond Michelet, Juste parmi les Nations, mais aussi grand résistant, déporté à Dachau, puis, ministre après la guerre. Le 17 juin 1940, il appelle à la résistance en glissant des tracts dans les boîtes aux lettres de Brive La Gaillarde, en citant Charles Péguy : « Celui qui ne se rend pas a raison contre celui qui se rend… »

En France, comme dans bien d’autres pays, la Constitution inclut les droits de l’Homme, en en faisant des principes fondateurs de notre démocratie. Il ne peut y avoir aucun débat sur leur remise en cause. On nous enseigne à l’école, au collège, au lycée les valeurs de respect, de tolérance qui en découlent, et c’est parce que nous sommes tous différents que nous sommes tous égaux.

Elie Wiesel, rescapé d’Auschwitz et disparu l’an dernier a écrit : « Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l’oubli »

Aujourd’hui est un jour de mémoire, de devoir de mémoire, ou plutôt de travail de mémoire, car nous devons entretenir le souvenir de ces actes épouvantables, se souvenir que derrière les victimes il y avait des personnes comme nous tous ici réunis. Il faut surtout continuer à condamner toutes les idées de haine, de racisme, d’antisémitisme, car aujourd’hui est aussi une journée de prévention des crimes contre l’humanité. Se souvenir de ce qui c’est passé, c’est préparer l’avenir.