search2 facebook3 youtube school phone mail2 twitter

« Perdus au milieu des arbres et des forêts … »

jeudi 18 octobre 2012

Le musée Würth d’Erstein a ouvert ses portes le lundi 15 octobre pour nos étudiants de Manaa et de BTS DM1 et DM2… au programme de la visite : l’exposition L’Appel de la Forêt – Arbres et forêts dans la collection Würth…

Pour les artistes, la forêt, et plus largement la nature, est un terrain idéal pour projeter fantasmes, craintes et espoirs. Reflet de leur culture, de leur histoire, de la société qui leur est contemporaine, elle est, pour l’historien de l’art Fabrice Hergott, un « sujet miroir » de l’humanité.

Terre de danger, d’épreuves ou d’aventures, mais aussi refuge où trouver protection et paix dans l’Antiquité, la forêt devient vite le théâtre des contes pour enfants dans lequel évoluent sorcières, ogres et autres créatures fantastiques, incarnations de la violence humaine. Les romantiques du XIXe siècle ont, quant à eux, créé une véritable esthétique de la forêt : leur vision fantasmagorique, désespérée de celle-ci, déteint encore sur son image actuelle, poétique et à haute valeur méditative.

Aujourd’hui, le goût pour la forêt et la nature a évolué : face à un monde essentiellement citadin, ordonné, maîtrisé et pourtant en proie de crises multiples, c’est l’idée de régénérescence urbaine qui attire plutôt que son aspect sauvage. Elle devient un élément du cadre de vie urbain. La forêt sombre, obscure, menaçante, laisse sa place à une promesse de vie plus essentielle, d’harmonie originelle.

La vision de la forêt varie aussi selon chaque culture : la nature anglo-saxonne, souvent représentée sous la forme naïve d’un jardin, est à l’opposé des forêts germaniques, icônes de la nation, plus sombres et marquées par l’histoire. Aujourd’hui, ces critères tendent à s’estomper : la vision de la forêt est plus universelle, plus globalisée. Elle devient un enjeu de survie, un espace à sauver, un idéal de vie non urbanisé…

Les œuvres que nos étudiants ont pu apprécier l’ont bien montré. Ils ont découvert dans le cadre des trois visites guidées, des artistes comme Ernst Ludwig Kirchner, David Hockney, Alfred Sisley, Max Ernst, Georg Baselitz, Max Beckmann, Gerhard Richter ou Christo.

L’offre muséale sur ce thème a répondu aux attentes des étudiants, notamment ceux de Design de mode qui devront dans les prochaines semaines travailler en expression plastique et en atelier de création de mode, sur les modèles qu’’ils présenteront au musée Würth le jeudi 25 avril, à l’occasion d’un défilé de mode qui s’annonce d’ores et déjà comme un temps fort de leur travail, de leur parcours et de la vie de l’établissement.

L’appel de la forêt valait la peine d’être entendu…