search2 facebook3 youtube school phone mail2 twitter

Présentation inaugurale de l’exposition « Mémoire de pierre »

mercredi 25 janvier 2017

Mercredi soir 25 janvier a eu lieu à la salle des fêtes de la Résidence ORT Clemenceau la présentation inaugurale de l’exposition Mémoire de Pierre, plaques, stèle et monuments commémoratifs de la Résistance et de la Déportation, réalisée à l’ORT Strasbourg à l’occasion de la Journée internationale de la commémoration de la Shoah et de la prévention des crimes contre l’Humanité instituée par les Ministres européens de l’Education en octobre 2002 sous l’égide du Conseil de l’Europe.

En ouverture de la soirée, Michel Benoilid, directeur de l’ORT Strasbourg a salué le président du Comité local Raymond Kern ainsi que les membres du Comité présents, les représentants officiels de l’Académie et du Rectorat, les conseillers du Département du Bas-Rhin, adjoints au Maire de la Ville, présidents, délégués et représentants de l’UJLS, du CRIF Alsace, de l’AUJF, de l’Association Regard d’Enfants, des représentants de l’Armée, les principaux et les enseignants, les parents d’élèves présents à cette soirée… Il a rappelé la destinée de l’ORT durant la guerre et le travail accompli sur la mémoire des lieux par nos enseignants et les élèves qui ont obtenu le premier prix ex-aequo Annie et Charles Corrin cette année, prix qui sera remis au Lycée Louis Le Grand à Paris le jeudi 23 février.

Richard Aboaf, chargé de l’action culturelle, a rappelé la genèse du projet et a donné sens à ce travail en interrogeant le devenir de la transmission de la mémoire de la Shoah dans le champ institutionnel comme dans celui privé, à l’heure des concurrences mémorielles, des amalgames, de la banalisation et de la négation de cette mémoire.

Le président Raymond Kern a salué l’assistance et a rappelé l’importance de ces commémorations pour l’institution ORT Strasbourg.

Freddy Raphaël, Professeur Emérite de Sociologie à l’Université Marc Bloch et Ancien doyen, a interrogé quant à lui le sens des commémorations, des cérémonies officielles et des célébrations mémorielles : il y a le travail des chercheurs, des historiens, des sociologues qui scrutent, chacun à son niveau le contenu de ces commémorations ; reconsidérer en permanence et actualiser le sens de celles-ci, demeure essentiel… Commémorer c’est saisir la force des générations qui nous ont précédés afin de faire leçons de vie pour les vivants, a-t-il souligné en conclusion.

Lloica Caackis, accompagnée de Sandu Gheraliu au cimbalom, ont interprété des chants de la Shoah et des partisans en Yiddish, chants écrits durant la guerre dans les ghettos de Vilnius et de Byalistok.

Chacun des participants a reçu un livret de l’exposition, contenant l’intégralité de celle-ci et augmentée de plusieurs feuillets à vocation pédagogique, ils ont poursuivi leurs échanges et la découverte de l’exposition autour d’un verre.

  • IMG 3716
  • IMG 3721
  • IMG 3722
  • IMG 3723
  • IMG 3724
  • IMG 3725
  • IMG 3726
  • IMG 3727
  • IMG 3729
  • IMG 3730
  • IMG 3731
  • IMG 3732
  • IMG 3733
  • IMG 3735
  • IMG 3736
  • IMG 3737
  • IMG 3738
  • IMG 3742
  • IMG 3743
  • IMG 3744
0 | 20